8 expressions pour se plaindre de la chaleur comme un français !

8 expressions pour scouverturee plaindre de la chaleur comme un français !

 

C’est bientôt la fin de l’été mais ici à Nice il fait encore chaud, même très chaud, alors voici quelques expressions pour vous plaindre de la chaleur comme un vrai français.

 

1- C’est insupportable !

La chaleur ou les températures sont insupportables. C’est-à-dire que je n’arrive plus à les supporter.

 

2- Je crève de chaud !

Littéralement crever veut dire mourir en langage familier, donc je meurs de chaud. Attention si vous avez pris trop de soleil et que vous êtes malade on a attrapé une insolation. Ne pas confondre avec le coup de soleil qui signifie juste que j’ai été brûlé par le soleil et que ma peau est rouge.

 

3- Je transpire comme un bœuf !

Pas très élégant mais très parlant …. On peut utiliser le verbe transpirer ou suer.

 

4- J’en ai marre de cette chaleur !

C’est bien connu, les français adorent se plaindre pour tout et n’importe quoi… Alors l’expression « j’en ai marre » est essentielle dans votre vocabulaire, on peut l’utiliser tout le temps et pour tout : j’en ai marre de mon patron, j’en ai marre de cette coupe de cheveux …

 

5- C’est la canicule !

Canicule désigne une période de quelques jours où la chaleur est intense même la nuit. C’est ce qu’on appelle dans les autres langues « une vague de chaleur »  mais nous on préfère le mot scientifique de canicule. Parfois vous verrez aux informations « Alerte Canicule » ou « Plan Canicule » ce qui signifie que les autorités vous avertissent des dangers de cette vague de chaleur dans votre région.

 

6- J’en ai ras-le-bol de cette chaleur !

Ras-le-bol signifie que la coupe est pleine : j’en ai assez, je n’en peux plus. Plus fort que le classique j’en ai marre.

 

7- Quel cagnard !

Expression bien du Sud … Le cagnard c’est un endroit fortement exposé au soleil, où il fait très chaud.

Par exemple : on ne veut pas déjeuner en plein cagnard, on se met sous les arbres ! Regarde tous les touristes qui bronzent sur la plage en plein cagnard !

 

8-Vivement la fin de l’été !

Vivement signifie qu’on souhaite qu’arrive rapidement quelque chose. Par exemple : vivement les vacances !!

En général dès les premiers jours du mois de septembre, c’est l’expression qu’on regrette d’avoir utilisée … alors vivement l’été prochain !

 

 Et maintenant vous en savez plus!

La chandeleur??

changeDemain, 2 février c’est la Chandeleur.

 

La chandeleur est une fête religieuse catholique qui est célébrée le 2 février. Qu’est-ce qui se passe le 2 février? On mange des crêpes !

Mais quelle est l’origine de cette fête et pourquoi des crêpes pour la Chandeleur, la fête des chandelles ?

On dit que l’église catholique a choisi cette date parce que les gens et surtout les paysans, avaient tendance à participer à des fêtes païennes (non religieuses) pour célébrer la fin de l’hiver et le retour du soleil. Les habitants parcouraient les rues ou les champs avec torches et flambeaux pour apporter fécondité aux récoltes.

La crêpe, parce qu’elle a une forme ronde et une couleur jaune, ressemble au soleil. Donc, manger des crêpes était un culte païen à l’origine.

Dans la religion chrétienne, elle rappelle que Jésus fut présenté au seigneur dans le Temple de Jérusalem quarante jours après sa naissance (selon la loi juive) et où Syméon, le vieillard, déclara en voyant l’enfant Jésus « qu’il était la lumière pour éclairer les nations ».

Du coup, on allume des chandelles comme symbole de purification, on dit que Jésus Christ est notre lumière et on mange des crêpes. Et voilà !

La tradition dit que si vous pouvez retourner les crêpes en les faisant sauter et sans les faire tomber de la poêle, vous aurez de la chance toute l’année. Et n’oubliez pas de faire sauter la dernière crêpe avec une pièce d’or dans la main pour apporter de la richesse dans votre foyer.

Et la recette des crêpes alors !! On a besoin de:

300 g de farine

3 œufs entiers

3 cuillères à soupe de sucre

2 cuillères à soupe d’huile

50 g de beurre fondu

60 cl de lait

5 cl de rhum

Etape 1

Mettre la farine dans une terrine et former un puits.

Etape 2

Y déposer les œufs entiers, le sucre, l’huile et le beurre.

Etape 3

Mélanger délicatement avec un fouet en ajoutant au fur et à mesure le lait. La pâte ainsi obtenue doit avoir une consistance d’un liquide légèrement épais.

Etape 4

Parfumer de rhum.

Etape 5

Faire chauffer une poêle antiadhésive et verser un peu d’huile. Y verser une louche de pâte, la répartir dans la poêle puis attendre qu’elle soit cuite d’un côté avant de la retourner. Cuire ainsi toutes les crêpes à feu doux.

 

Et pour finir une recette de crêpes un peu particulière, à ne pas refaire à la maison!

Que vont préparer nos professeurs pour le repas de Noël ?

 

repas de noelAlors plutôt traditionnelles ou inventives….. Que vont préparer nos professeurs pour le repas de Noël ?

 

Anne Laure : « Chaque année mon papa va chercher les huîtres au marché de la Libération et c’est lui qui est chargé de les ouvrir !  En entrée il y aura aussi des verrines de saumon et d’avocat.  Cette année je vais faire des calamars à l’armoricaine, une sauce à base de tomates, d’oignons et d’un peu de cognac, ça change. Mais on reste traditionnel pour le dessert, et comme j’ai des gros gourmands à la maison ce sera une grosse bûche au chocolat et du champagne bien sûr ! »

 

Mona : « Tout dépendra des Gilets Jaunes, peut-être des pâtes ! Si tout va bien cette année ce sera une raclette, c’est convivial et on ne passe pas des heures en cuisine. »

 

Eve : « C’est mon frère qui cuisine toujours le repas de Noël. Cette année il prépare des fruits de mer et des huîtres en entrée, puis des canettes farcies accompagnées de panais (le panais est un légume ancien de la même famille que la carotte) et de girolles qu’il a ramassées en forêt et d’un peu de mesclun. On fait aussi les 13 desserts provençaux (c’est une ancienne tradition provençale qui consiste à présenter 13 desserts sur une table pendant 3 jours, on trouve par exemple le nougat, les figues sèches ou les noisettes). On finit le repas par une glace au citron vert et un petit limoncello pour digérer. »

 

Elsa : «  C’est ma mère qui cuisine le repas de Noël le 25 à midi. En général des toasts de foie gras, un chapon farci et un gratin de cardons (un légume qui a le même goût que l’artichaut). On finit par un bon plateau de fromages et une bûche chocolat framboise, le tout arrosé de champagne. En général quand on sort de table, c’est l’heure du goûter donc on prend un thé et des madeleines ! »

 

Aurélie : « Ma mère prépare un repas corse typique, en entrée une soupe de châtaignes, puis une daube de sanglier avec des légumes et des pommes de terre et une bûche en dessert. Du vin et du champagne évidemment. »

 

Laurence : «  Comme je ne mange pas de viande, c’est toujours un peu compliqué pour ma mère qui doit préparer plusieurs options. C’est la seule fois de l’année ou elle accepte de me faire des croquettes aux crevettes, une spécialité belge qui nécessite beaucoup de travail mais j’adore ça ! En général le reste de la famille mange un chapon et un gratin dauphinois (avec des pommes de terre) et moi un poisson. Par contre chaque année on prend un grand plateau de fromage chez le fromager à La Turbie et une bûche de la pâtisserie Lac. Et on ne boit que du champagne ! Pour Noël on se la joue chic ! ».