Les expressions imagées d’Idiom

casser les pieds

Les expressions imagées d’Idiom

La langue française est riche de nombreuses expressions pas toujours faciles à comprendre ! Voici notre série d’expressions imagées expliquées et mises en scène par les membres de notre équipe.
Aujourd’hui Ève et Laurence illustrent l’expression « casser les pieds à quelqu’un ».
Cette expression signifie simplement ennuyer ou déranger fortement quelqu’un.
Selon le site l’internaute, son origine se trouve dans l’argot (le français familier) de la fin du XIXe siècle, le verbe casser est à prendre dans le sens d’écraser.

Les expressions imagées d’Idiom

donner sa langue au chatExpressions imagées par l’équipe d’Idiom « Donner sa langue au chat »

 

Cette semaine Aurélie « donne sa langue à notre Minette » (j’espère que nos anciens élèves reconnaissent notre mascotte!)… Mais quel est le sens de cette expression?

On entend souvent les enfants utiliser cette expression, on nous pose une devinette ou une question à laquelle on est incapable de répondre ou de trouver une solution, on donne alors sa langue au chat! Historiquement, on retrouve cette expression familière sous la plume de Mme de Sévigné ou de George Sand, c’est dire son importance… À l’origine on disait « jeter sa langue aux chiens » ce qui est très fort symboliquement puisqu’on donnait aux chiens ce qui n’avait pas de valeur, ce dont on ne voulait pas.

« Jeter sa langue aux chiens » signifiait alors qu’on n’avait plus besoin de sa langue et que la parole était inutile puisqu’on ne pouvait pas trouver de réponse au problème posé.

L’évolution de jeter sa langue aux chiens vers donner sa langue au chat vient donc d’une volonté d’adoucir l’image et le message. En effet, le chat, plus noble, a remplacé les chiens et le verbe donner a remplacé jeter qui a un sens beaucoup plus fort. Et puis quand on donne sa langue au chat on a la possibilité de la récupérer plus tard!

L’équipe d’Idiom se met en scène pour vous faire découvrir régulièrement de nouvelles expressions imagées en français!

Parlons d’amour

Parlons d’amour

La Saint-Valentin approche, et qui sait ? Peut-être avez-vous rencontré l’amour pendant votre séjour en France ! Voilà l’occasion parfaite de lui déclarer votre flamme… en révisant votre grammaire!

On vous aide un peu avec quelques exemples pour tous les styles :

Pour les amoureux du subjonctif : Bien que nous soyons très différents, j’ai eu un coup de foudre pour toi ! Il faut que je te dise ce que je ressens, c’est important que tu le saches. Quoi que je fasse, je pense à toi. Où que j’aille, je t’imagine à mes côtés. J’ai envie que nous fassions plus connaissance et que nous passions du temps ensemble.

Pour les amoureux des expressions de temps : Nous nous sommes rencontrés il y a un mois seulement, mais depuis ce moment, je ne pense qu’à toi. Je suis tombé amoureux dès que je t’ai vue. J’ai réfléchi pendant des heures avant de t’envoyer ce message car tu sais, je suis timide ! Je voudrais t’inviter au restaurant vendredi prochain. Je crois que tu travailles jusqu’à 18 heures, je pourrai venir te chercher vers 19 heures ?

Pour les amoureux des pronoms relatifs : Tu es la seule que j’aime et qui fait battre mon cœur, celle dont je rêve chaque nuit et grâce à qui j’ai retrouvé le sourire. Tous les moments que nous partageons sont magnifiques… Oui, tu es bien la seule personne avec qui je voudrais passer le reste de ma vie et pour qui je ferais des folies!

Pour les amoureux des prépositions de lieu : Te souviens-tu ? Nous nous sommes rencontrés à Nice, sur la Côte d’Azur. Je me promenais dans la vieille ville et tu étais assise à la terrasse d’un glacier, en face de l’église sur la place Rossetti. Je me suis assis à côté de toi et nous avons commencé à discuter. Ensuite, nous nous sommes promenés au bord de la mer, puis le long de la Coulée Verte. Nous avons pris beaucoup de photos : devant la fontaine, entre les palmiers, sous les arcades de la Place Masséna… Quelle belle journée ! Maintenant que je suis rentré au Portugal et que tu es toujours en France, tu me manques beaucoup !

Pour les amoureux du conditionnel : Imagine comme nous serions bien ensemble ! Tu serais ma reine et je ferais tout pour te rendre heureuse. Nous partirions souvent en voyage, nous pourrions même faire le tour du monde comme tu en rêves depuis toujours ! Nous aurions une grande maison où nos amis et nos familles viendraient nous rendre visite. On l’appellerait « la maison du bonheur » car là-bas, la vie serait simple et joyeuse, il n’y aurait jamais de problème !