12 expressions françaises avec le mot « cœur »

 12 express15 (1)ions françaises avec le mot « cœur »

La langue française regorge d’expressions imagées, ce mois-ci regardons de plus près 12 expressions construites avec le mot « cœur ».

1. Faire le joli cœur : essayer de séduire, être galant.

Regarde Damien qui offre des fleurs à cette jeune femme, il fait son joli cœur!

2. Avoir un coup de cœur: ressentir une attirance vive et spontanée (pour une personne mais aussi pour une chose).

Quand j’ai visité cet appartement, j’ai eu un véritable coup de cœur (je l’ai adoré et je m’y suis sentie très bien)!

3. Ne pas porter quelqu’un dans son cœur: ne pas aimer quelqu’un.

Cette nouvelle voisine est désagréable, je ne la porte pas vraiment dans mon cœur!

4. Avoir le cœur sur la main (ou avoir bon cœur) : être généreux.

Elise a le cœur sur la main, elle donne son temps et son argent à une association pour les animaux.

5. Faire chaud au cœur: réconforter quelqu’un, lui remonter le moral.

J’ai eu une journée difficile mais quand je suis rentrée à la maison mon mari m’avait préparé un dîner romantique. Ça m’a fait chaud au cœur!

6. Etre de tout cœur avec quelqu’un: soutenir, compatir.

« Je suis de tout cœur avec toi, je sais que tu traverses une période difficile mais je suis là pour toi ».

7. Avoir le cœur gros: être triste.

J’ai le cœur gros, mes amis me manquent!

8. Avoir mal au cœur: avoir envie de vomir.

Dans la voiture je dois toujours regarder la route sinon j’ai mal au cœur !

9. Avoir un cœur d’artichaut: être volage, inconstant en amour.

Luc tombe amoureux d’une nouvelle fille tous les mois, c’est un vrai cœur d’artichaut.

10. Savoir par cœur: avoir très bien appris.

Je connais ce poème par cœur, je peux le réciter parfaitement.

11. Avoir une pierre à la place du cœur ou (avoir un cœur de pierre): être incapable de ressentir une émotion.

Il n’a même pas pleuré pour Titanic, il a vraiment une pierre à la place du cœur!

12. Avoir le cœur bien accroché: supporter les émotions fortes.

Pour sauter en parachute il faut avoir le cœur bien accroché!

Et voila maintenant vous pouvez apprendre ces expressions par cœur!

Offre Spéciale de fin d’année!

imagesLa fin de l’année 2018 approche et nous avons décidé de proposer une offre spéciale à tous nos étudiants!

Un cours intensif ou un cours exécutif (2 semaines minimum) acheté = un cours individuel d’1h30 l’après-midi offert!!

 

Nous pensons qu’en plus du cours de groupe en matinée, un cours individuel est une opportunité pour se concentrer sur un sujet en particulier ou tout simplement pour pratiquer sa conversation en tête à tête avec le professeur.

 

Cette offre est valable pour toutes inscriptions reçues entre le 1er novembre 2018 et le 1er février 2019 sur des cours intensifs ou exécutifs ayant lieu du 1er novembre 2018 au 1er mars 2019 (à l’exception de la période de fermeture annuelle de l’école).

Séjour de 2 semaines minimum – 1 cours individuel d’1h30 offert par réservation – offre non valable sur les cours semi-intensifs.

Alors n’attendez plus et rendez-vous sur notre site internet pour vous inscrire!

 

 

On connaît la chanson: Comme ils disent – Charles Aznavour

aznavour!En ce mois d’octobre 2018, la chanson française a perdu un grand Monsieur, Charles Aznavour. Alors une fois n’est pas coutume, on a décidé de vous présenter une chanson de 1972, patrimoine de notre « Variété Française ».

Comme ils disent sort en 1972 et aborde le thème de l’homosexualité. Charles Aznavour réussit à parler d’un sujet tabou sans se moquer, et en racontant le quotidien de la communauté gay de l’époque. Pour cela il se met dans la peau d’un homosexuel le temps d’une chanson, et chante leurs conditions de vie à l’époque. Trois couplets, chargés d’émotion, racontent les paradoxes, les misères et les joies de son personnage.

 

Au premier couplet, il vit « seul avec maman », il parle de ses plaisirs quotidiens, limités à son domicile. Puis Aznavour nous surprend avec son « vrai métier » qu’il exerce « la nuit », en tant « qu’artiste travesti ». Le chanteur dévoile la double vie que pouvait mener la communauté gay de l’époque dans les soirées, les cabarets, les théâtres.

Le deuxième couplet parle des moqueries et des persécutions. Il parle des « attardés » qui « gesticulent et parlent fort » pour se moquer. Mais même si le personnage d’Aznavour (inspiré par son chauffeur, secrétaire et ami décorateur, Androuchka) trouve que ces « pauvres fous » se « couvrent de ridicule », il en souffre malgré tout car il reconnaît à la fin de ce couplet que leurs moqueries sont « vraies ».

Aznavour a eu l’intelligence de créer un personnage complexe: il a le courage de s’assumer mais souffre de ne pas être accepté par les autres.

Aznavour raconte cette anecdote au journal Figaro sur la première fois qu’il a chanté « Comme ils disent » devant des amis homosexuels: « Ça a jeté un froid. Puis on m’a demandé qui allait chanter ça. J’ai répondu: ‘moi’. Nouveau silence. Puis quelqu’un s’est inquiété de savoir si je ferais une annonce. Vous m’imaginez annonçant sur scène que je vais me mettre à la place d’un homosexuel, alors que je ne le suis pas ? Il n’était pas question de reculer! ».

Alors voici la chanson et les paroles. Bonne écoute !

 

J’habite seul avec maman
Dans un très vieil appartement
Rue Sarasate
J’ai pour me tenir compagnie
Une tortue, deux canaris
Et une chatte

Pour laisser maman reposer
Très souvent je fais le marché
Et la cuisine
Je range, je lave, j’essuie
À l’occasion je pique aussi
À la machine

Le travail ne me fait pas peur
Je suis un peu décorateur
Un peu styliste
Mais mon vrai métier
C’est la nuit
Où je l’exerce travesti
Je suis artiste

J’ai un numéro très spécial
Qui finit a nu intégral
Après strip-tease
Et dans la salle je vois que
Les mâles n’en croient pas leurs yeux
Je suis un homme, oh!
Comme ils disent

Vers les trois heures du matin
On va manger entre copains
De tous les sexes
Dans un quelconque bar-tabac
Et là, on s’en donne a cœur joie
Et sans complexes
On déballe des vérités
Sur des gens qu’on a dans le nez
On les lapide
Mais on le fait avec humour
Enrobé dans des calembours
Mouillés d’acide

On rencontre des attardés
Qui pour épater leur tablée
Marchent et ondulent
Singeant ce qu’ils croient être nous
Et se couvrent, les pauvres fous
De ridicule

Ça gesticule et parle fort
Ça joue les divas, les ténors
De la bêtise
Moi, les lazzis, les quolibets
Me laissent froid, puisque c’est vrai
Je suis un homme, oh!
Comme ils disent

À l’heure où naît un jour nouveau
Je rentre retrouver mon lot
De solitude
J’ôte mes cils et mes cheveux
Comme un pauvre clown malheureux
De lassitude

Je me couche mais ne dors pas
Je pense à mes amours sans joie
Si dérisoires
À ce garçon beau comme un dieu
Qui sans rien faire a mis le feu
À ma mémoire
Ma bouche n’osera jamais
Lui avouer mon doux secret
Mon tendre drame
Car l’objet de tous mes tourments
Passe le plus clair de son temps
Au lits des femmes

Nul n’a le droit en vérité
De me blâmer, de me juger
Et je précise
Que c’est bien la nature qui
Est seule responsable si
Je suis un homme, oh!
Comme ils disent