Les verbes de cause conséquence

les verbes de cause et de conséquence en français

Si vous allez passer le Delf ou le Dalf, ou si vous devez préparer une présentation pour une réunion, il est toujours utile de savoir exprimer la cause et la conséquence pour décrire une situation sous tous ses aspects.

Voici donc une vingtaine de verbes qui vous aideront à expliquer un phénomène ou une décision et ses conséquences, positives ou négatives.

Pour parler de l’origine d’un phénomène ou d’une décision :

Si vous désirez préciser comment un phénomène s’est développé, d’où vient son origine, vous pourrez utiliser les verbes suivants:

  • motiver : ici on recherche vraiment les intentions ou les raisons qui ont expliqué une décision ou une action

Cette décision a été motivée par une volonté de relancer les ventes.

A votre avis qu’est ce qui a motivé sa décision?

  • attribuer quelque chose à quelque chose ou quelqu’un : on ne parle plus des motivations, des désirs derrière une décision mais on essaie plus de désigner la cause exacte qui  a provoqué cette situation

A quoi peut-on attribuer sa réaction?

Cette réaction est à attribuer à son manque de confiance en lui.

  • être dû à : un synonyme de « s’explique par »

Ce phénomène est dû à la montée du chômage.

  • résulter de : lorsqu’on veut insister sur tout le phénomène qui a entrainé telle ou telle situation

Cette baisse des ventes résulte de la hausse du coût des matières premières.

Pour expliquer les conséquences, le résultat :

  • entrainer : un verbe qui exprime une conséquence directe

La montée des températures entraine une fonte des glaces

  • provoquer : un peu plus fort qu’entrainer

Le mauvais temps a provoqué de nombreux dommages sur la ligne de train.

  • causer : qui produit un problème

Les grèves de train ont causé des embouteillages en ville.

  • pousser : qui stimule quelqu’un à prendre certaines décisions. A un sens plutôt passif puisque la personne agit seulement parce que c’est la situation qui « l’oblige » à prendre cette décision.

La crise économique pousse les entreprises à licencier.

Pour parler de causes positives :

  • conduire : un processus qui vous amène à prendre une décision

Cette expérience m’a conduite à vouloir changer de travail.

  • amener quelqu’un à faire quelque chose : un évènement qui a pour conséquence tel ou tel effet

C’est ce qui m’a amené à vouloir donner une nouvelle impulsion à mon travail, en m’orientant plus vers le relationnel.

  • inciter quelqu’un à faire quelque chose : influencer quelqu’un

Son licenciement l’a incité à monter sa propre entreprise.

Pour parler de causes négatives :

  • empêcher : ne pas autoriser une situation

Le brouillard a empêché les avions de décoller

  • contraindre : une situation qui nous oblige à faire quelque chose

La baisse du chiffre d’affaire a contraint l’entreprise à réduire ses effectifs.

  • abîmer, endommager : ce qui entraine une dégradation

La tempête a endommagé de nombreuses maisons et de nombreux bâtiments.

L’accident a abîmé la voiture.

  • perturber : ce qui gêne le fonctionnement normal

La grève a perturbé la circulation des trains.

  • dérégler : quand quelque-chose perd le contrôle

La pollution et les activités humaines dérègle le climat.

  • aggraver : qui rend plus pénible, plus grave

Plus il parle et plus il aggrave sa situation.

Pour parler de conséquences positives :

  • favoriser : qui rend plus facile

Ces mesures favorisent le commerce.

  • améliorer : qui rend meilleur, qui augmente les qualités

Les travaux ont amélioré l’appartement.

  • faciliter :  qui rend plus facile

Les séjours linguistiques en immersion complète facilitent l’apprentissage des langues.

  • contribuer à : qui permet de rendre quelque chose réalisable

Les nombreux parcs de la ville contribuent à rendre la ville plus agréable.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

12 façons d’exprimer son opinion en français

Si vous allez passer un examen du DELF ou du DALF, savoir exprimer son opinion pour argumenter dans un débat est absolument fondamental.

 Voici 12 expressions qui vous sauveront la vie au DELF/DALF et…dans toutes les discussions avec les Français ;)

 

12 expressions pour donner son avis en français

Les Français adorent débattre. Si vous avez assisté à un repas avec des français, vous vous en serez certainement rendus compte.

Et à partir du DELF B1, on vous demandera à l’écrit et à l’oral d’exprimer votre point de vue sur un sujet particulier.

Voyons donc d’abord comment répondre aux questions « Et vous, qu’en pensez-vous? » ou de manière plus informelle, « Et toi, tu en penses quoi? », de manière neutre.

exprimer son opinion en français

1. Je pense que/ je crois que/je trouve que

Si on vous demande votre opinion sur un sujet précis, vous aurez certainement envie de répondre spontanément avec « je pense que ». Mais pensez à varier un peu, surtout si vous passez un examen du DELF! Il existe d’autres verbes comme « croire » et « trouver ».

Attention ces verbes sont toujours suivis d’un verbe à l’ indicatif, quand ils ne sont pas à la forme négative!

Je pense que cette solution ne marchera pas.

Je crois que ce projet peut fonctionner.

Je trouve que c’est une solution intéressante et innovante.

2. Je trouve nom + adjectif

Le verbe « trouver » peut aussi s’utiliser avec « ça » ou un nom suivi d’un adjectif. L’adjectif que vous utiliserez montrera si vous êtes d’accord ou pas.

Je trouve cette idée absurde!

J’ai trouvé ça plutôt intéressant!

3. A mon avis / Selon moi /D’après moi

Enfin, pensez à utiliser tout simplement les expressions d’opinion comme  » A mon avis / selon moi / ou d’après moi » en tête de phrase. C’est une bonne alternative et cela montre que vous avez plusieurs expressions dans votre poche.

A mon avis, c’est une excellente idée!

Selon moi, on devrait renforcer cette loi.

Pour montrer que vous êtes du même avis que quelqu’un, que vous êtes d’accord avec lui, vous pouvez utiliser les expressions suivantes.

 

être d'accord en français

Le plus simple,

4. Je suis d’accord (avec)

« – A mon avis, il faut interdire les téléphones portables dans les salles de classe, au collège et au lycée.*

- Je suis tout à fait d’accord avec toi! »

Une autre façon de dire qu’on est d’accord :

5. C’est vrai, vous avez raison / je pense pareil

« – Je pense qu’un monde sans médias sociaux n’est plus possible. On doit vivre avec son temps et accepter le fait qu’ils font partie de notre vie.

- C’est vrai, vous avez tout à fait raison »

L’expression « je pense pareil = la même chose » est un petit moins formelle.

« – Moi, je crois qu’on devrait faire un nouveau référendum en Angleterre sur le Brexit.

- Je pense pareil/ Je pense la même chose que toi! »

6. Tout à fait/absolument

Ces deux adverbes peuvent s’utiliser avec un verbe pour renforcer ce que l’on vient de dire ou seuls.

« Je suis absolument d’accord avec elle »

« – A mon avis, on devrait favoriser davantage l’apprentissage des langues étrangères.

- Tout à fait! »

« – Je peux vous rappeler demain, pour vous confirmer?

- Absolument, pas de problème. »

7. Personnellement, je suis pour

Cette expression est plutôt à utiliser lorsque vous souhaitez montrer que vous soutenez une idée ou que vous êtres favorable à un projet.

« Que penses-tu du projet de la rénovation de la Gare du Sud?

- Personnellement, je suis pour!

 

exprimer le doute en français

Si vous n’êtes pas convaincu par une idée ou par ce que dit votre interlocuteur, voici ce que vous pouvez utiliser pour exprimer vos doutes.

8. Je ne pense/ je ne crois pas que/ je ne trouve pas que

A la forme négative, ces verbes sont suivis du subjonctif.

Je ne pense pas honnêtement, que cela soit réaliste.

Je ne crois pas que cela puisse fonctionner.

Je ne trouve pas que cela soit juste.

Ou alors vous pouvez utiliser les expressions suivantes  :

9. J’en doute/ je ne suis pas sûre

« J’en doute »  et  » je ne suis pas sûre » peuvent s’utiliser seuls, quand vous n’êtes pas d’accord avec ce qui a été dit.

Je suis sûr que Émile viendra.

- Le connaissant, j’en doute.

Il va faire beau, tu crois demain?

- Je ne suis pas sûre

Ils peuvent aussi s’utiliser avec « que » et un verbe au subjonctif.

Je doute qu’il vienne.

Je ne suis pas sûr qu’il fasse beau demain.

 

 

exprimer le désaccord en français

10. Je ne suis pas d’accord avec vous/je ne partage pas cette opinion/je ne suis pas de cet avis

Pour ne pas seulement utiliser « je ne suis pas d’accord » et pour varier un peu les expressions, vous pouvez utiliser aussi « je ne partage pas cette opinion » ou « je suis du même avis ».

Ces expressions sont assez formelles.

« - Personnellement, je suis favorable au travail le dimanche. Dans une ville touristique, je trouve qu’il est important que la ville reste dynamique tous les jours de la semaine, et que les touristes aient la possibilité de faire des achats même le dimanche.

- Et bien, moi je ne suis pas du tout cet avis/ Je ne partage pas cette opinion. Pour moi, le dimanche c’est sacré!« 

11. Je suis contre

Un petit moins formel que les deux expressions précédentes, cette expression reste tout aussi catégorique.

 » -Que penses -tu du fait qu’en France, les corridas sont autorisées si elles relèvent d’une tradition culturelle ancienne et ininterrompue?

- C’est très simple :  je suis contre! »

12. Pas du tout/absolument pas

Enfin, vous pourrez marquer votre désaccord en utilisant tout simplement ces deux expressions ou aussi dans la vie de tous les jours.

-« Je te dérange?

- Absolument pas! Au contraire ça me fait plaisir de te voir! »

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

10 conseils pour la production écrite B2 : la lettre de mécontentement

10 conseils pour la production écrite B2

10 conseils pour réussir la production écrite B2

Vous allez passer le DELF B2 et vous êtes angoissés par la production écrite? Pas de panique! Suivez ces 10 règles et tout se passera bien!

L’épreuve de production écrite dure 1 heure. En 1 heure, vous devrez écrire un document (une lettre ou une contribution à un débat) de 250 mots environ. Voici quelques conseils pour écrire une lettre formelle. Le thème est d’ailleurs souvent une réclamation : vous représentez un collectif dans votre ville ou votre entreprise et vous devez écrire au maire de votre ville ou à votre responsable pour exprimer un mécontentement face à une certaine situation et proposer des solutions pour résoudre le problème.

Voici 10 conseils pour vous aider.

1. Lisez attentivement le sujet

Il est très important de bien respecter le sujet de la production écrite. Si vous oubliez un élément, vous serez noté sur la moitié des points!

Soulignez donc les mots importants qui vous permettront d’identifier ce qu’on vous demande :

votre situation : vous travaillez dans une entreprise ou vous représentez une association de citoyen ou vous êtes locataire, etc

- le destinataire : votre directeur/supérieur, le maire de la ville, le propriétaire de votre appartement, etc

- le problème : il y a trop de bruit dans votre espace de travail, vous recevez beaucoup trop de mails, les rues de votre ville sont salles ou il y a trop d’accidents de voiture dans votre rue.

2. Respectez le format d’une lettre formelle française

Vous devrez écrire une lettre formelle donc l’on attend de vous que vous sachiez présenter la lettre comme un français.

Comme le vous voyez dans ce modèle, il faut toujours mettre vos coordonnées en haut à gauche et celle du destinataire (la personne à qui vous écrivez) en haut, mais un peu plus bas, à droite.

Pensez bien à indiquer l’objet de la lettre (sous forme d’un titre « demande de…. » qui résume ce que vous demandez) et les éventuelles pièces jointes.

Puis sous les coordonnées du destinataire, à droite, la date et le lieu (ex: Nice, le 29 mars 2017)

Résultat de recherche d'images pour "format lettre formelle français"

3. Utilisez les formules de salutations adéquates

La rédaction des lettres formelles est très codifiée en France. Il faudra donc utiliser des formules de salutations formelles.

Si vous écrivez à une personne ayant un titre précis, commencez la lettre par « Madame la Directrice » ou « Monsieur le Maire », ou « Monsieur le Responsable des Ressources humaines »‘.

Si votre destinataire n’a pas de titre particulier, utilisez plutôt « Madame » ou « Monsieur ».

Si vous ne connaissez pas l’identité exacte du destinataire, les formules « Madame, Monsieur «  ou « Messieurs » sont parfaites.

Attention, évitez de rajouter l’adjectif « Chère/Cher » devant Madame ou Monsieur! Il s’utilise dans une lettre commerciale pour faire une offre à des clients que l’on veut fidéliser.

4. Présentez-vous et rappelez la situation

Reprenez le contexte énoncé dans le sujet : vous êtes membre d’une association, vous représentez vos collègues, vous réagissez à un article, etc. Puis expliquez le problème qui vous a poussé(e) à écrire la lettre.

Vous pouvez par exemple commencer ainsi : » Je me permets de vous écrire au nom de tous mes collègues par rapport à la situation difficile qui règne/ par rapport au problème de ….. », « Membre de l’association x, je vous adresse ce courrier pour attirer votre attention sur la situation extrêmement préoccupante qui règne dans notre ville. ».

Une fois que vous vous êtes présenté et avez annoncé le sujet de la lettre, expliquez plus en détail la situation : « En effet, nous sommes dix personnes à travailler dans un petit bureau et nous manquons cruellement d’espace. », « En effet, depuis 5 ans, il y a eu une hausse considérable des accidents dans notre ville »…

5. Exprimez votre mécontentement

Faites une liste des expressions que vous connaissez pour exprimer votre insatisfaction.

Utilisez des constructions impersonnelles comme « Il est inacceptable que …. » , « Il est inadmissible que « ,  et des phrases comme « La situation est devenue intolérable », « Cette situation ne peut plus durer ».

Pensez à utiliser le subjonctif avec toutes ces phrases impersonnelles.

6. Souligner tous les effets négatifs, les dangers de la situation actuelle

Vous devez ici décrire les conséquences négatifs du problème sur vous, votre situation au travail, sur l’environnement…etc.

Ici, utilisez des hypothèses avec « si »…. et toutes les constructions qui expriment le risque et la conséquence.

 » La situation a atteint un tel niveau, que…… », « Si on continue ainsi, on risque de ……………….. »

Puisque vous évoquez des dangers, pensez à exprimer également votre inquiétude : « Nous sommes profondément inquiets pour l’avenir des habitants de notre ville » ou « Nous craignons que (+ subjonctif) …. »

7. Proposez des solutions

Dans la deuxième partie de la lettre, il faudra essayer de convaincre le destinataire que vous avez identifié des solutions à ce problème.

C’est la partie où vous devrez employer du conditionnel et des expressions d’opinion : «  A mon avis, il faudrait que…… », « Je pense que nous pourrions….. ».

Pensez aussi à utiliser ces constructions pour faire des propositions : « Je suggère que + subjonctif / de + infinitif », « Je propose de+ infinitif/ que + subjonctif »

Si vous parlez au nom d’une association ou de vos collègues utilisez plutôt la première personne du pluriel « A notre avis, il faudrait que…. », « Nous pensons que », « Nous suggérons/nous proposons que + subjonctif/de + infinitif « .

8. Structurez votre discours

Comme dans un essai, il est important d’utiliser des connecteurs logiques pour construire votre argumentation.

« Tout d’abord, je voudrais vous faire part de mon indignation… »

« En effet, ………….. »

« Il est donc primordial d’agir pour régler cette situation ».

« Au lieu de ……., nous pourrions »

« Ainsi, une des solutions que nous proposons est de … »

« Nous proposons en outre/par ailleurs…… »

« Pour conclure, nous pensons que….. »

9. Fermez la lettre

Terminez votre lettre en proposant un entretien pour mieux exposer vos suggestions « Je vous propose de nous rencontrer pour vous présenter notre projet » ou en remerciant de l’attention portée à votre sujet « Nous vous remercions du temps que vous saurez prendre pour étudier nos suggestions ».

10. Terminez par une formule de salutation

Là encore, c’est une formule très codifiée. Vous pouvez utiliser une cette formule « Dans l’attente de vous lire/de vous rencontrer, je vous prie de recevoir, Madame la Directrice/ Monsieur le Maire/ Monsieur/ Madame/Madame, Monsieur/ Messieurs, l’expression des mes sentiments les meilleurs/de mes salutations distinguées ».

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer